Actualités





ACTUALITÉ

Évolution à long terme du peuplement piscicole du bassin versant du Chavanon

22 décembre 2016




Le bassin versant du Chavanon a fait l’objet de pêches électriques en 2016, réalisées par les trois fédérations de pêche et de protection du milieu aquatique de Corrèze, Creuse et Puy-de-Dôme. Ces investigations viseront à l’avenir, à déterminer l’impact des travaux menés dans le cadre du Contrat territorial sur le peuplement piscicole. Si ces résultats ne pourront rendre leur verdict que dans quelques années, il semble bon d’ores et déjà d’observer l’évolution des espèces présentes sur le bassin versant.

La Fédération de pêche de la Corrèze a eu la chance de disposer en effet de données historiques assez anciennes sur le secteur avec notamment la Monographie du canton d’Eygurande du Docteur François Longy datant de 1891. Cette personne, conseiller général d’Eygurande pendant près de 30 ans et ancien président du Conseil Général de la Corrèze, détaille avec force précision la faune et la flore observée sur le canton vers la fin du XIXème siècle. C’est une photographie détaillée des espèces de poissons présentes à l’époque et le texte nous montre que dès cette époque, les étangs présents sur le bassin versant avaient déjà un impact ainsi que les barrages du Bergeracois sur la Dordogne. Des données complémentaires sont présentes dans des notes sur la Celette ou sur le site de Port-Dieu.

BulletinBulletin

 Sont cités : le saumon atlantique, l’anguille, la truite, l’ablette [probablement issue des étangs], le barbeau [sans doute présent uniquement dans le Chavanon], le chabot, le chevesne, le goujon, l’ombre [ici se pose le problème de la présence naturelle ou non de l’ombre commun sur le bassin de la Dordogne… L’atlas piscicole du Limousin, en cours de rédaction, y répondra probablement], la loche franche, la vandoise [sans doute présente uniquement dans le Chavanon], le vairon, l’écrevisse pattes blanches. Cet auteur précise également l’impact des étangs sur les ruisseaux avec la carpe, la tanche, la perche et le brochet « se rencontrent quelquefois dans la Ramade, la Miousette [Méouzette] et le Chavanon ; mais ce sont surtout des poissons d’étang. »

Ainsi, ces données historiques ont permis d’observer que même au XIXème siècle, les cours d’eau étaient déjà perturbés : les étangs apportaient leur lot d’espèces indésirables en première catégorie et les barrages empêchaient déjà la remontée des migrateurs depuis l’océan Atlantique. Ceci doit nous rendre humble quant à de prétendus cours d’eau en bon état au milieu du XXème siècle.

La Fédération de pêche de la Corrèze a ainsi pu sur le bassin du Chavanon, reconstituer « l’histoire » des espèces de poissons et d’écrevisses et l’impact de l’Homme sur le bassin. Douze espèces étaient présentes historiquement sur le bassin du Chavanon. Les premières introductions de nouvelles espèces sont réalisées par les moines au moyen âge avec l’apparition de la pisciculture d’étang (importation des carpes de puis l’Asie notamment). La construction des premiers grands barrages dans le Bergeracois se fait ressentir sur le bassin du Chavanon dès 1850 avec la baisse des effectifs de grands migrateurs (saumon et anguille). Des alevinages en anguille sont, sur l’initiative du conseil général de la haute Vienne (étendu à la Creuse par la suite), d’ailleurs réalisés sur la Ramade à la fin du XIXème siècle. Ces anguilles étaient achetées sur les marchés nantais et remontées jusqu’en Limousin. Malgré la révolution qui en supprima une bonne partie, le développement des étangs sur la partie haute du bassin en Creuse et en Corrèze tend à installer les espèces d’eau chaude (rotengle, ablette, tanche etc.) qui sont sans doute significatives car le Dr Longy les cite dès le XIXème siècle. La perche soleil est introduite pour la première fois en limousin durant la première moitié du XXème siècle. Plusieurs espèces à vocation halieutique sur les étangs lui succèderont : le sandre après 1950, les écrevisses exogènes (qui ne semblent apparaître que tardivement sur le bassin, des pattes blanches étant encore recensées dans la Méouzette en 1986). Notons que Pseudorasbora parva (Goujon asiatique) a été échantillonné pour la première fois sur le département de la Corrèze sur la Méouzette en 2009.

Pseudorasbora capturé dans la Méouzette au pont de Malcornet en 2009 (Photo : MEP 19)

Pseudorasbora capturé dans la Méouzette au pont de Malcornet en 2009 (Photo : MEP 19)

Les prospections de 2012 à 2016 ont montré que le peuplement piscicole du Chavanon était globalement perturbé, hormis pour la Clidane et dans une moindre mesure la Barricade et l’Eau du Bourg. On estime désormais à vingt-deux espèces la diversité piscicole du bassin du Chavanon, dont seulement neuf devraient être présentes. Les étangs sont le facteur responsable de cette dégradation. En amont du plan d’eau de la Ramade, il n’y a plus une seule espèce d’origine et en aval dans la Ramade, la perche commune domine le peuplement !

Cependant, il est bon de rester tout de même mesuré, les situations de chaque cours d’eau étant très différentes selon les zones du bassin versant. Si la Ramade et la Méouzette sont certes dégradées, certains affluents du Chavanon dans les gorges sont encore en bon, voire en très bon état.

Le suivi piscicole par pêche électrique dans le cadre du Contrat territorial Chavanon en action permettra de vérifier l’évolution de l’état du peuplement piscicole.

 Cartographie du peuplement piscicoles sur le bassin du Chavanon (Données 2012-2016)

 

 Rédaction : Fédération de la Corrèze pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique

fede-19


Avec le soutien financier